Actualités du lycée

Visioconférence PROJET ERASMUS+ 2020-2022 - Europe SOUL

Par admin lyc-xavier-mallet, publié le mardi 6 avril 2021 10:13 - Mis à jour le mardi 6 avril 2021 10:14

Dialogue citoyen en ligne « Parlons climat et environnement avec Frans Timmermans et Eric Piolle »

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l’après-midi du vendredi 2 avril, les élèves de seconde participant au projet Erasmus+ 2020-2021, ont participé à une visioconférence avec Monsieur Frans Timmermans, Commissaire Européen à l’action pour le climat, Vice-président Exécutif de la Commission Européenne et Monsieur Éric Piolle, Maire de Grenoble, ville élue Capitale Verte Européenne 2022.
 

Ce dialogue citoyen était organisé par Europe Direct Grenoble qui nous a accompagnés dans la préparation de cette rencontre.

Lors de cette réunion, nous avons abordé quatre thèmes: 

- l’énergie, 

- l’économie circulaire et la gestion des déchets, 

- l’alimentation et l’agriculture durable, 

- la nature et la biodiversité.

       

L’ ENERGIE

Les enjeux autour de l’énergie génèrent des questions à l’échelle européenne. L’objectif de l’Europe pour 2030 est de réduire de 65 % les émissions de gaz à effet de serre, puis d’ici 2050 devenir neutre climatiquement. Pour cela, plusieurs solutions ont été abordées. 

Tout d’abord, éviter les importations d’énergie afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la dépendance énergétique vis-à-vis de pays extérieurs à l’Europe. 

Ensuite, il faut privilégier des moyens de transport tels que l’autopartage, le covoiturage, le vélo ou encore les transports en commun. 

Pour finir, Eric Piolle a insisté sur le changement de notre mode de vie, comme notre consommation d’énergie, qui est un changement vital pour atteindre les objectifs futurs. 

A l’échelle internationale, Frans Timmermans prévoit de négocier la façon dont les différents pays vont appliquer les accords de Paris, c’est en bonne voie car plusieurs pays souhaitent la neutralité climatique d’ici quelques années par exemple, la Chine, la Corée, le Japon puis, les Etats-unis sont revenus officiellement dans les accords de Paris. 

Le Vice-Président est optimiste quant à la transition énergétique: les investissements concernant les énergies renouvelables sont en hausse; les entreprises, les lobbies comprennent que le futur n’est pas dans l’énergie traditionnelle.

L’Europe a donc la technologie puis l’argent, c’est donc POSSIBLE.  

Selon M. Timmermans, il faut agir selon 3 axes: la sobriété énergétique (la question de la consommation numérique va être un défi dans l’avenir), l’efficacité énergétique (l’isolation des logements est au cœur de cet enjeu) et la production d’énergies renouvelables.


 

L’ECONOMIE CIRCULAIRE ET LA GESTION DES DECHETS

Ensuite, nous avons parlé de l’économie circulaire et de la gestion des déchets au sein de l’Union Européenne et vu les solutions proposées.

M. Timmermans a souligné que l’essentiel est tout d’abord d’éviter les déchets! Dans ce but, l’Europe a organisé un retrait du plastique à usage unique. De plus, la production de produits décarbonés et réparables est favorisée. Toute cette activité économique peut être génératrice d’emplois.

La ville de Grenoble, elle, met en place un recyclage des déchets plastiques depuis 2016. Elle a ouvert des “Repair Cafés” pour que les gens puissent y réparer leurs objets et une collecte des déchets alimentaires est organisée chez les particuliers d’ici 2022.

A partir de ses déchets, la ville de Grenoble crée aussi de l’énergie comme avec les stations d’épurations qui produisent du biogaz et alimentent 70 bus en permanence. L’objectif est d’ajouter une usine à compost afin d’alimenter 50 bus zéro émission supplémentaires, ce qui permettrait d’arriver à un total de 120 bus autonomes opérationnels dans Grenoble.


 

NATURE / BIODIVERSITE

PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ : NOTRE PRIORITÉ

Si aucun changement n’est effectué, près d’un million d’espèces risquent de disparaître à l’échelle mondiale. Pour éviter ce désastre, l’Union Européenne a pour projet de créer des zones de protection et de changer ses méthodes de production agricole.

De plus, nous comptons environ 75 % de forêts en mauvais état. Pour remédier à cela, il faudrait planter plus de 10 milliards d’arbres ; dans un premier temps, l’UE va planter 3 milliards d’arbres dans les 10 prochaines années.

Il s’agit également d’inciter le plus de citoyens possible à utiliser la mobilité douce tel que la marche, le vélo, les transports en commun… Pour cela, il sera nécessaire d’aménager des pistes cyclables, de sécuriser des espaces piétons et bien sûr de sensibiliser le maximum de personnes sur les avantages tant économiques qu’environnementaux à l’utilisation de ces nouveaux moyens de déplacement.

Afin de limiter les déperditions énergétiques, il convient aussi de s’atteler à la rénovation des logements, hôpitaux et écoles, ce qui implique nécessairement un investissement financier et une aide européenne.

Enfin, la pollution lumineuse urbaine apparaît comme un sujet sensible. Grenoble s’est déjà engagé à réduire massivement l’éclairage des rues et magasins la nuit. La ville souhaite également promouvoir des corridors écologiques pour les animaux, installer des nids pour les oiseaux et entretenir de façon raisonnée les parcs et espaces verts afin de favoriser la biodiversité.


 

L’ALIMENTATION ET L’AGRICULTURE DURABLE

 

Les grands objectifs sur l’ alimentation et l’agriculture sont les suivants :

- arrêter l’écocide

- diminuer l’usage d’engrais

- diversifier le travail des agricultuteurs et leurs sources de revenus

- introduire des technologies innovantes dans l’agriculture

- stimuler la consommation locale

Pour cela, des décisions ont été prises et des projets mis en place.

Durant cette visioconférence, le Maire de Grenoble ainsi que le Commissaire Européen ont pu nous faire part de plusieurs décisions concernant l’alimentation comme par exemple l’installation de maraîchers sur les terres de Grenoble ou la mise en place d’activités de prévention et d’éducation à l’alimentation dans les écoles à travers des projets pédagogiques. Il y a notamment la mise en place d’une nourriture bio et locale à 95 % dans les crèches.

Mais ce ne sont pas les seules choses que l’Europe essaie de changer, la communication aux consommateurs sur la composition des produits aussi est en train d’être améliorée. Celle-ci se faisait auparavant par des étiquetages bio pas toujours clairs ainsi que les applications Nutri-score. Aujourd’hui, la commission européenne veut réformer ce partage d’informations afin qu’il se fasse plus facilement, de manière plus accessible et plus compréhensible. Elle veut aussi faire en sorte que la provenance des produits soit indiquée, que ce soit sur les applis Nutri-score ou sur les étiquettes.

Des études ont démontré que les personnes ayant peu de diplômes ont plus de chance d’être obèses que celles qui en ont plus, et cela peut s’expliquer par les difficultés de s’alimenter de manière saine lorsque notre budget ne nous le permet pas. C’est pour cela que la commission Européenne veut trouver des solutions « ne s’adaptant pas qu’aux riches» afin que tout le monde puisse manger de manière saine. La justice sociale est au cœur de leurs préoccupations.

 

Article rédigé par le club Erasmus+ 2020-2021

Jarnias Flore, Body Kélyan, Boyer Camille, Carta Lana, Collet-Nott Mayol, Daigle Martin Angélique, Hoppe Rémy, Labaume  Perrine, Paradis Roxanne, Rouchon Klervi, Ryneczko Louane, Salgado Lucas, Vocanson Côme, Cardoso Matteo, Boukal Lina, Valla Juline